Partagez vos expériences!

Modérateur: OcéaneO

Avatar de l’utilisateur
Par manu 76ZQC
#1491 Salut tout le monde :)
Certains assurent ,sur le Net,que dans le compostage classique le rapport Carbone/Azote idéal,pour obtenir un compost équilibré,doit etre de 30 pour 1 alors que l'on préconisent pour le lombricompostage,plutot 50% de chaque. Qui :( croire??? Quelle est la meilleure recette??? La premiére solution s'applique -t-elle aussi au lombricompostage?Quoiqu'elle me parait difficile à appliquer :shock: car cela ferait beaucoup de papier/carton à machouiller par les vers.
A ce propos,si quelqu'un a un lien intéréssant traitant des caractéristiques et des propriétés des divers aliments qui composent le menu des vers pour satisfaire ma curiosité...???:cry:... :lol: (je trouve pas le mot) Enfin bref,je suis preneur . :wink: A bientot
Avatar de l’utilisateur
Par jaf
#1493 J'ai déjà eu l'occasion de répondre à ce sujet dans une autre discussion.

Pour moi le rapport carbone/azote ressemble un peu au mélange de la carpe et du lapin. Je m'explique: le carbone est un métaloïde fixé en grande quantité dans les végétaux que ce soient les légumes ou le bois, par le biais du gaz carbonique (CO2, aliment des végétaux).

8) Pour ce qui concerne l'azote, l'air que nous respirons contient près de 80% de ce gaz. Alors, parler d'un rapport carbone/azote n'a pas beaucoup de sens quand on ne peut pas contrôler l'un des deux éléments (azote de l'air).
Même si certains végétaux arrivent un peu à fixer de l'azote, ce n'est pas la source principale de sa présence.

Par contre, chez les animaux, l'azote est fixé dans les déjections et les urines. Il me semble que le ver de terre est un animal, et j'ai remarqué qu'un nombre important de vers produit plus de ces déjections, au point que des odeurs fortes d'urine peuvent apparaître.

La régulation de la population par le contrôle des conditions de vie des vers me parait être plus important que d'essayer de contrôler un élément (l'azote) insaisissable. Continue tes recherches: je peux me tromper!
Avatar de l’utilisateur
Par Christine
#1495 Dans la doc du COW il est recommandé de donner 20 à 30 % de carton et de papier (correspondant en gros à la partie carbonée). 50 % me paraît un peu beaucoup, d'autant plus que le carton, on peut le mettre au recyclage. J'ai retrouvé également ce lien (http://users.swing.be/compost/Main_Lombric.htm) vers un article où il est dit :
Le rapport Carbone/Azote
Elle n'est pas trop importante pour les vers, mais bien pour la composition finale du compost. En général, ce sont les déchets organiques ménagers qui se retrouvent dans la compostière, donc riches en azote. Rééquilibrer avec des matières carbonées, car si vous n'avez pas suffisamment de vers, vos matières organiques risquent de se transformer en une pâte gluante et puante.
Les vers adorent le papier, le carton ondulé, les cartons à œufs. Ils s'y réfugient, s'y reproduisent et s'en régalent. Le carton sert aussi d'appoint de carbone et pompe l'excédent d'eau, il est intéressant

Ma conclusion perso est que ça n'a pas vraiment d'importance. Si on voit que c'est trop humide et que ça tourne à vaseux (trop de matières azotées) il faut ajouter du carton pour éponger. Si on en met trop et que c'est trop sec, il faut arroser.
Si j'ai bien compris, cela rejoint la conclusion (beaucoup plus technique) de Jaf . :wink: Mais sans doute, avez-vous déjà dit tout cela ? Je ne me souviens pas de l'ensemble des questions (et j'ai manqué de fidélité)
Avatar de l’utilisateur
Par manu 76ZQC
#1496
Le rapport Carbone/Azote
Elle n'est pas trop importante pour les vers, mais bien pour la composition finale du compost

Je comprends bien que pour la conduite du lombricomposteur le facteur Carbone/Azote n'est pas des plus important pour les conditions de vie des vers et qu'en cas de déséquilibre on peut facilement récupérer le coup.Neanmoins,il me parait important,comme précisé dans le lien,pour la qualité finale du produit et donc pour l'équilibre et la bonne santé des plantes qui en profiteront. :idea: Cela dit,je suis peut etre à coté de la plaque :floor C'est pourquoi,je tente de trouver des renseignements détaillés sur le Net pour tenter de maitriser le truc.Vous allez penser que je suis un brin pointilleux :? mais... c'est dans ma nature. :wink: De plus,souhaitant recontacter l'Agglo de ma commune qui tente ,depuis un mois environ,l'expérience en interne avant de lancer une opération -test avec une vingtaine de volontaires,je voudrais connaitre un peu le sujet.Car la personne, lors d'un premier contact souhaitant que nous comparions nos expérience lombricanowormse(pas mal le nouveau verbe :P Quoiqu'un peu dur à prononcer :? )avec balance, bande PH et sans doute tout l'attirail du parfait petit chimiste alors ??? Coté pratique,je devrais assurer par contre sur le plan théorique :oops: je suis un brin léger.Alors,si de ce coté là,vous connaissez des liens intéressants,ca m'intéresse.Par avance Merci et Salut à tous :wink:
Avatar de l’utilisateur
Par Christine
#1499 Comme la question m'intéresse également, j'ai continué quelques recherches sur la toile.

Le rapport C/N de 30 semble se confirmer sur presque tous les sites. Ce qui ne correspond pas à 30 fois plus de matières carbonées, mais 30 fois plus d'éléments chimique C, comme expliqué par exemple ici: http://www.compostage.info/Main_CCM.htm#Le%20rapport%20C/N

Il faut donc mélanger judicieusement ces deux types de matériaux pour avoir un bon rapport Carbone/Azote; ce rapport doit être théoriquement entre 20 et 30. Il faut que la quantité de l'élément chimique carbone (C) soit 20 à 30 fois plus importante que la quantité que l'élément chimique azote (N) en fonction de leur composition chimique [voir Tableau]. Cela ne veut pas dire qu'il faille 20 à 30 fois plus de matières carbonées que de matières azotées ! !
En pratique, en mélangeant une à deux parts de matière azotées pour une part de matières carbonée, on évite les problèmes de déséquilibre C/N.

Il faut donc tenir compte des proportions C/N des différents types de déchets, comme indiqué par exemple dans le tableau:
http://www.compostage.info/Main_Rapport%20_C_N.htm, et on retombe en gros sur la proportion de 30 % à 50 % de matières azotées.

Cela me semble plus clair. Manu, Jaf qu'en pensez-vous ?
Pour continuer Manu, il va falloir chercher une thèse sur le compostage. :wink: et peut-être regarder du côté des utilisateurs, à savoir les jardiniers et cultivateurs.

De plus, je suppose que suivant le type de culture que l'on souhaite, il faut des caractéristiques de compost différentes.

Conclusion, même avec quelques bases théoriques, il faut acquérir le savoir-faire à force d'essais et expériences.
Avatar de l’utilisateur
Par jaf
#1500 Merci Christine pour toutes ces adresses!
Le premier lien a le mérite d'être bien assimilable par des décideurs et il ne fait pas l'impasse comme trop souvent sur le rôle des vers de terre et autres macro organismes que l'on peut trouver dans la nature.

Le rapport carbone/azote est suggéré par la distinction entre produits structurants et asséchants (cartons/carbone/morceaux de bois) et produits plus mous et humides (fruits ou légumes). En tout état de cause, c'est ce que l'on peut trouver dans la nature :!:

Dans une compostière, on doit réunir ce qu'il nous arrive comme déchets et retrouver un équilibre de ces différents matériaux. La théorie carbone/azote donne une impression de "vachement étudié". Cela permettra sans doute de faire avancer notre "schmilblic" du lombricompostage.

Entre parenthèse, le rédacteur parle d'une élévation de température avec courbe à l'appui. A mon avis, c'est la fermentation anaérobie qui en est à l'origine!
Ceux qui mettent des fruits dans un tonneau pour faire leur gnôle, connaissent la phase où leur mixture entre en ébullition.
J'ai remarqué une élévation assez importante de la température lorsque j'ai mis dans le COW beaucoup de noyaux de prunes avec un peu de chair autour.
Ce sont des bactéries qui ont commencé le travail de fermentation alcoolique, puis par la suite cela s'est calmé avec un apport de nourriture normal pour les vers.

Les vers de terre, à eux seuls, sont capables de fabriquer du compost et sans élévation de température notable: c'est cette pilule qu'il s'agit de faire comprendre à beaucoup de monde!
Avatar de l’utilisateur
Par Christine
#1505 Et merci de ton analyse de l'article Jaf. :P

Je viens de remonter vers la page d'accueil du site en question (http://www.compostage.info/index.php ), ce que je n'avais pas fait jusque là.

Il s'agit donc d'un site belge (la presque totalité des infos sur le compostage nous vient de Belgique ou du Canada). C'est un site bien structuré, similaire à celui de Vers la Terre, avec des ressources intéressantes et un forum d'utilisateurs. C'est hors sujet, mais je me demandais s'il ne serait pas intéressant de stocker dans un coin, pour les retrouver facilement, ce genre de lien ? :?:

Je suis également tombée sur le site de nos frères américains utilisateurs d'un COW (en version carrée ): http://www.allthingsorganic.com/. En anglais certes mais pour ceux qui speakent un peu, ce peut-être une occasion d'entretenir la langue.

Personnellement, j'adore cette idée que nous partageons la même expérience avec des personnes d'autres pays. On pourrait presque faire la jonction et entrer en relation? :idea:
Avatar de l’utilisateur
Par papyjo1
#1575
manu 76ZQC a écrit:
Le rapport Carbone/Azote
Elle n'est pas trop importante pour les vers, mais bien pour la composition finale du compost

Je comprends bien que pour la conduite du lombricomposteur le facteur Carbone/Azote n'est pas des plus important pour les conditions de vie des vers et qu'en cas de déséquilibre on peut facilement récupérer le coup.Neanmoins,il me parait important,comme précisé dans le lien,pour la qualité finale du produit et donc pour l'équilibre et la bonne santé des plantes qui en profiteront. :idea: Cela dit,je suis peut etre à coté de la plaque :floor C'est pourquoi,je tente de trouver des renseignements détaillés sur le Net pour tenter de maitriser le truc.Vous allez penser que je suis un brin pointilleux :? mais... c'est dans ma nature. :wink: De plus,souhaitant recontacter l'Agglo de ma commune qui tente ,depuis un mois environ,l'expérience en interne avant de lancer une opération -test avec une vingtaine de volontaires,je voudrais connaitre un peu le sujet.Car la personne, lors d'un premier contact souhaitant que nous comparions nos expérience lombricanowormse(pas mal le nouveau verbe :P Quoiqu'un peu dur à prononcer :? )avec balance, bande PH et sans doute tout l'attirail du parfait petit chimiste alors ??? Coté pratique,je devrais assurer par contre sur le plan théorique :oops: je suis un brin léger.Alors,si de ce coté là,vous connaissez des liens intéressants,ca m'intéresse.Par avance Merci et Salut à tous :wink:


Bonjour à tous

Et salut à toi Manu.

Depuis des années je fais du compost avec du fumier de cheval, dès le début beaucoup dans le voisinage m'on dit! Oh il faut être très avertis c'est le plus difficile à faire car il chauffe très fort. J'ai lu pas mal de livre et en fin de compte j'ai pris ma fourche et mon arrosoir et en avant, j'ai réagis au fur et à mesure, cela chauffait trop "arrosage, retournage etc.)
Et avec le lombricompost j'ai fait le même après avoir lu beaucoup et je lis encore j'ai fait à l'instinct. J'ai en général de bon résultat.
Je ne sais pas suivre une méthode bien rectiligne et entre deux rails, cela est trop monotone. Ce n'est pas dans mon caractère. Voyez le résultat de l'année passée avec un été pourri.
Il y a plus de succès que de déboire, le tout il faut y croire.

Un pied de bette
Image


Poireaux,céleris et capucine

Image

Potirons.

Image

Cette année vous aurez droit aux asperges.
Avatar de l’utilisateur
Par Iehoma
#1580 la popoulation de vers de terre n'évoluent pas de la mçeme façon en fonction du C/N. Les azoto-bacteres, nitro-bacteres sont tres sensibles à ce rapport.
le composte est un amendement. Il nourrit les organismes de la terre, qui vont de part leur déjection apporter des éléments nutritifs assimilables rapidement aux végétaux.
la fourchette du rapport n'est pas la même pour les vers et pour les bactéries. Faîtes votre choix !
Avatar de l’utilisateur
Par jaf
#1582 Sacrés beaux légumes, papyjo!

La fabrication du compost est une chose, son utilisation pour nourrir des plantes en est une autre. Ces deux activités permettent de boucler un cycle: ces beaux légumes donneront d'excellentes épluchures pour les vers :arrow:

Tu as commencé avec le fumier de cheval. Ca chauffait au début...
J'ai assisté à un incendie d'un tas de fumier de cheval, bien paillé. C'est quasiment inextinguible (surtout quand il est issu de 250 chevaux).

Au jardin, le compost est stabilisé: l'arrosage et le paillage (bien jardiner) font que l'on obtient de beaux légumes. En partant de fumiers, on est sûr d'apporter des matières azotées: le compost fourni par les vers doit en contenir...
Qui a les chiffres des éléments nutritifs contenus dans le lombricompost (à comparer avec ceux du fumier)?
Avatar de l’utilisateur
Par papyjo1
#1591 Sacrés beaux légumes, papyjo!

La fabrication du compost est une chose, son utilisation pour nourrir des plantes en est une autre. Ces deux activités permettent de boucler un cycle: ces beaux légumes donneront d'excellentes épluchures pour les vers :arrow:

Tu as commencé avec le fumier de cheval. Ca chauffait au début...
J'ai assisté à un incendie d'un tas de fumier de cheval, bien paillé. C'est quasiment inextinguible (surtout quand il est issu de 250 chevaux).

Au jardin, le compost est stabilisé: l'arrosage et le paillage (bien jardiner) font que l'on obtient de beaux légumes. En partant de fumiers, on est sûr d'apporter des matières azotées: le compost fourni par les vers doit en contenir...
Qui a les chiffres des éléments nutritifs contenus dans le lombricompost (à comparer avec ceux du fumier)?[/quote



:? Bonjour.
Heu!! Je ne me suis jamais posé la question;
Comme je l'ai déjà dit quelque part je vais à l'instinct et tu sais ce n'est pas à bientôt 72 ans que je vais me tracasser, ce qui compte pour moi c'est de bien nous nourrir.
Vois mes endives en bac.

Image

Aller bon appétit.[/quote]