Alimentation, humidité, récolte du lombricompost, du "thé de vers"...

Modérateur: OcéaneO

Par Léa Sauvaget
#37701 Bonjour,
nous sommes étudiantes en BCPST (prépa biologie) et une épreuve du concours ayant lieu en avril consiste à mettre en place des expériences sur le thème de l'optimalité. (sujet exact: optimalité: choix, contrainte,hasard)
Nous avons choisi de travailler sur le lombricompost, pour cela nous avons mis en place quatre lombricomposteurs et nous avons pensé y faire varier différents paramètres pour ensuite étudier l'influence du compost issu des différents composteurs sur la croissance/floraison de différentes plantes.
nous avons pensé à faire varier les paramètres suivants, même si d'autres idées sont les bienvenues:

- étude de l'influence des espèces de vers dans le lombricompost: l'un des vermicomposteurs est composé de différentes espèces de vers issues de dons proposés sur un site spécialisé, pour les 3 autres, il n'y aura que des Eisenia Foetida. Nous avons conscience que dans le premier cas, le compost risque de se mettre en place moins rapidement mais nous aimerions quantifier cela.
- faire varier la maturité du compost (récolte de compost à différentes semaines d'intervalle)
-faire varier l'humidité du milieu: dans l'un, nous pensons mettre plus de carton et avoir moins de jus et inversement.

Nous pensons ensuite étudier cela sur du blé, des oeillets d'Indes, des capucines et des radis (plantes à croissance rapide, qui illustreraient bien l'utilité du lombricompost nous sommes preneuses d'idées ! le temps de lancer le compost, il risque de nous rester que peu de temps pour faire pousser les plantes...)

Si vous avez des avis ou d'autres idées n'hésitez pas à nous en faire part!

Bonne fin de semaine.
Léa
Anne-Claire
Marion
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#37703 Bonjour Léa Sauvaget,
voilà une étude que devrait être très intéressante mais pas du tout facile à mettre en place . Un des paramètres est particulièrement difficile à contrôler ,ce sont les apports de nourriture qui doivent être rigoureusement les mêmes ce qui avec des déchets de cuisine est assez difficile à faire, à moins de tout peser et de donner à chaque lombricomposteur en fonction du poids de vers. On pourrait contourner en gérant avec du fumier pré-composté provenant que d'un seul lot et analysé en amont mais ces études existent déjà. Avec un lombricompost (pareil pour le compost) comme nous le fabriquons, le résultat est forcement changeant d'un lot à l'autre.
Je pense que vous avez déjà pensé à ça et prit en compte ce fait.
Pas sûr que le lombricomposteur avec plusieurs espèces mette moins de temps à s'installer, tout dépend des espèces .
J'espère que nous aurons plein de compte rendu des avancées du projet ,et des photos aussi.
Vous ne nous avez pas dit où cela se passe.

A+
Lombricolo63
Avatar de l’utilisateur
Par Doroth
#37707 Beau projet :clap: Mais effectivement, le délai est un peu court pour la phase de test sur les plantes.

Vous devriez peut être en ajouter un cinquième déjà bien en route et démarrer dès maintenant les essais. Cela ne vous empêchera pas de comparer les compositions chimiques du compost et du thé.
Par Léa Sauvaget
#37716 Bonsoir,
Nous effectuons nos petits travaux sur Paris.
En effet la durée de mise en place est surement le facteur stresse numéro 1. C'est pourquoi nous pensions à l'éventualité d'effectuer des relevés assez fréquents de substrat pour évaluer la cinétique de production des vers (sans faute d'orthographe cette fois!): En gros, si on dit que le compost est bien mis en place en 3 mois, est-ce que le substrat (le compost en cours de formation, je ne suis pas sûre de bien m'exprimer.) commence à devenir "plus fertile" au bout de deux mois puis très rapidement acquiert sa "fertilité optimale", ou au contraire il gagne en pouvoir fertilisant de manière linéaire avec le temps.
Pour l'idée du vermicompost en cours de formation, histoire de ne pas rien avoir sous la main pendant 3 mois, nous avons récolté des dons de compost issus de vermicomposteurs de particuliers sur Paris.
Nous nous posions également une question à laquelle vous pourriez peut-être répondre. Connaissez vous des méthodes de comptage de vers autre que de les déranger un à un du substrat ( ce qui peut-être fastidieux au vu de leur nombre)? pensez vous que cela est incorrect de comparer du compost issus de lombricomposteurs n'ayant pas le même nombre initial de vers?
Merci d'avance pour vos réponses et avis,
Léa
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#37719 Bonjour Léa Sauvaget,

il y a bien longtemps que l'on avait pas eu de questions de ce genre.
En démarrant un lombricomposteur ,on aura pas un lombricompost en trois mois , au mieux quelques déjections se seront accumulées au fond du bac qui ne seront sûrement pas sans valeur mais qui n'auront pas la richesse d'un lombricompost fini. Il faut savoir que les vers vont manger cette matière environ 5 fois , en modifiant la structure à chaque passage dans leurs intestins. Et je pense aussi que le lombricompost ne sera pas tout à fait le même dans un lombricomposteur avec espèce unique et un autre à espèces mélangées , la nature n'a pas créé la diversité pour rien.
En récoltant du lombricompost auprès de généreux donateurs ,vous avez récolté autant de diversité de lombricompost que de don, une analyse de chaque lot devrait le confirmer. Les test de cultures sur ces supports ne devraient être homogènes, pour avoir un résultat il faudra mélanger intimement les lots.
Je pense que pour avoir un bon comparatif , il faut se baser au départ sur un poids de vers en mélangeant bien adultes et juvéniles. Une pesée au départ ,une en cours (3 mois) et une autre à 6 mois. Sinon ,sur un temps limité,c'est sûr qu'un kilo de vers produiront un lombricompost mieux fini que 250gr par exemple.
A+
Lombricolo63
Par Léa Sauvaget
#37773 Bonjour,
je répond un peu tardivement, mais nous avons essayé de réfléchir à des alternatives quand aux différents problèmes qui se posent.
l'idée qui nous semble la moins compliquée serait donc de faire des relevés de compost de manière régulière (toutes les semaines?) et comme je l'ai déjà expliqué, d'évaluer son impact sur du blé. Comme vous l'avez dit, le compost n'est pas homogène... L'idée serait donc de bien le mélanger à chaque fois mais les vers seront alors dérangés... Risquent-ils alors de produire moins?
Encore une fois nous avons lancé pour l'instant, 3 vermicomposteurs identiques, qui ont été alimentés avec exactement la même quantité de matière organique et de carton pour les 3, le temps de trouver les paramètres à évaluer. Donc si je comprend ce que vous dites, si on travail en quantité précise de matière fournie, l'étude sur l'impact du taux de matière organique/ Matière sèche semble faisable? Dans ce cas nous avons du mal a évaluer un taux consigne: Si on se dit qu'on met 50/50 de matière organique et carton, est ce qu'il est correct de l'assimiler au fait de mettre le même poids de carton et de matière organique? (en faite il me semble que pas du tout, mais je ne vois pas comment on approche ce taux, qui, il me semble correspond en même temps au taux d'humidité.).
finalement, je reviens sur une idée que nous avons eu mais que notre ancien professeur a jugé de délicate: celle d'effectuer des dosages d'azote, qu'en pensez vous?
je ne suis pas sûre d'être très claire, n'hésitez pas à me reprendre.
Bonne semaine et merci d'avance,
Léa Sauvaget.
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#37774 Bonjour Léa Sauvaget,
Quand je parle d'un lombricompost homogène ,je ne parle pas simplement d'un mélange de matières que les vers font très bien sans avoir à mélanger à la main ou mécaniquement . Je parle de la nature des déchets apportés ,pour que 2 lots soit semblables en composition , il faut qu'ils aient reçu les mêmes déchets dans les mêmes proportions. Hors, chaque famille a des habitudes alimentaires différentes et ne donnent pas les mêmes aliments et les mêmes quantités. Telle famille mangera plus de légumes , telle autre donnera plus de fruits . Et même la quantité de vers peut influer sur le mûrissement en un temps donné.
Dans vos différents lombricomposteurs , pour avoir un résultat sur un paramètre (espèce de vers ou contrôle d'humidité) il faudrait qu'ils reçoivent le même poids des différents déchets + le même volume de carton (en compostage, on parle en volume déchets azotés+déchets carbonés) .
Toute la difficulté de précision du résultat est là . C'est bien pour cette raison que le lombricompost vendu dans le commerce est fabriqué à partir de fumiers qui présentent une certaine homogénéité de composants.
A+
Lombricolo63
Par Léa Sauvaget
#37784 Bonjour Lombricolo63,

Nous avons effectivement pense à donner la même quantité de cartons et d'aliments identiques que nous avons donc pesé pour chaque lombricomposteur. De plus ces lombricomposteurs ont été démarrés avec la même quantité de vers de la même espèce.
Selon vous nous pourrions faire varier le taux de carbone et d'azote. Mais est ce que vous pensez que nous pouvons le faire en partant du volume des aliments et du carton ? Avez vous une idée pour mesurer ces différents volumes ?

Merci de votre aide
Léa Sauvaget
Par Zim
#37786 Hello les filles !

Bon, ma première réaction à vos explications a été "wah c'est chaud leur truc, là".

Je vais essayer de vous donner des pistes pour le dosage épluchures / carton. En espérant avoir saisi votre problème et ne pas être trop à côté de la plaque.

J'ai démarré mon lombricomposteur en faisant 50-50, en volume, le carton étant déchiqueté. Ça me semble une base correcte comme "témoin". Seulement je ne suis pas en labo, alors bien sûr, j'évalue le volume à la louche (à la louche à camembert, même). Évaluer précisément le volume des épluchures me semble très compliqué ; la masse, c'est beaucoup plus facile. Il faudrait donc savoir à quel rapport de masse correspond le rapport de volume "50/50 à la louche à camembert". Et cela doit fortement dépendre de la nature des épluchures ! Il faudrait donc peser les épluchures, et peser un volume de carton à peu près équivalent (et utiliser une seule sorte de carton coupés en morceaux de taille identique améliorerait la précision, ou plutôt diminuerait l'imprécision). Et cela de nombreuses fois, avec différentes sortes d'épluchures, ou avec des mélanges d'épluchures. Vous finiriez bien par obtenir une tendance... Disons au pifomètre 80% de la masse pour les épluchures et 20% pour le carton. Même si cette valeur n'est pas exacte, elle pourra servir de valeur témoin car un lombricomposteur peut très bien fonctionner avec 50/50 en volume, mais aussi 60/40 ou 40 /60.

Je ne sais pas si j'ai été très claire, ni si je vous aide à répondre à cette question.

Mais quelle idée, aussi, d'essayer de mettre en équation un écosystème :D
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#37788 Bonjour Léa Sauvaget,

c'est vrai que nous parlons toujours en volume parce que c'est bien plus simple et que le lombricompostage comme nous le pratiquons ne demande pas une précision scientifique. En repensant à votre histoire, je me suis demandé si on ne pouvais pas trouver quelque chose. On sait qu'un déchet vert c'est environ 80 à 85% d'eau donc 15% de matière sèche . Le carton est une matière sèche et donc les déchets verts sans eau entre pour le même poids dans la composition du repas des vers. Ma conclusion: pour avoir un rapport au poids, je pense qu'il faut que le carton représente 15% du poids de l'apport soit par exemple 150gr de carton pour 850gr de déchets pour un apport de 1kg . J'ai arrondi au plus simple ,ce n'est pas tout à fait ça puisque 15% de 850 c'est 127,5 mais je suis allé peser 150gr de carton et cela ne me parait pas aberrant.
A+
Lombricolo63
Par Léa Sauvaget
#37800 Bonjour,
Nous creusons cette piste, nous avons à disposition des appareils qui peuvent mesurer l'humidité du compost, ce qui nous semble être intéressant. Sachant que chaque déchet à son taux d'eau, pensez vous qu'il soit plus judicieux de ne pas trop varier les apports (donner uniquement salades et pommes) ou cela pourrait au contraire "déplaire" aux vers?
Merci pour vos réponse,
Léa Sauvaget.
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#37802 Bonjour Léa Sauvaget,
les vers vont s'en accommoder un certain temps ,ils n'auront pas le choix mais la qualité du compost va terriblement en être diminué. Ce qui fait un bon compost c'est justement la variété des apports. Un compost doit pouvoir couvrir un maximum des besoins des plantes , ce qui en fait un fertilisant universel au jardin et non un engrais spécifiquement dosé pour une famille de plantes.
A+
Lombricolo63
Par Léa Sauvaget
#37889 Bonjour lombricolo,
nous reprenons nos aventures aujourd'hui, en relisant votre avant-dernière réponse, nous ne sommes pas sûres de comprendre ce que vous écrivez. Si on met 150 grammes de carton et 850 de matière orga, selon vous nous aurons un rapport de 50/50?
Merci d'avance,
Léa.
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#37890 Bonjour Léa Sauvaget,
J'ai dit:"
pour avoir un rapport au poids, je pense qu'il faut que le carton représente 15% du poids de l'apport soit par exemple 150gr de carton pour 850gr de déchets pour un apport de 1kg ."
En poids, le carton doit représenter 15% de l'apport, cela reste assez théorique puisque nous adaptons en fonction des déchets . Exemple: on démarre un bac avec 500gr de vers donc des apports de 250gr qui devraient être composés de 250-15% = 212,5 soit 212.5 gr de déchets azotés + 37.5gr de carton. Je répète que ce n'est que de la théorie, je n'ai jamais pesé les apports.
A+
Lombricolo63
Par Léa Sauvaget
#38036 Bonjour,
nous avons découvert la semaine dernière les premiers résultats (assez surprenants parfois ) de nos expériences que nous aimerions partager avec vous.

La semaine dernière, nous avons planté des graines de blé dans un mélange de terre/ compost:

- Nous prenons 1pot qui sera notre volume de référence, la contenance moyenne du pot est de 30 grammes de terreau. (pour vous donner une idée du volume le diamètre du haut du pot est de 6cm, sa hauteur de 5 cm)

- Pour respecter la quantité 1/3 de compost, 2/3 de terreau, nous remplissons le pot aux 2/3 de terreau (soit 20g de terreau)

- On complète le tiers restant avec le compost que vous nous avez fournit. Cela correspond à 18g de compost pour 20g de terreau. (le compost est plus lourd, plus humide)

- Nous avons planté 3 graines de blé par pot contenant le mélange homogénéisé. (je vous met les photos)

-Nous avons apporté au début 30 ml d'eau. et arrosons régulièrement.

- Nous obtenons aujourd'hui des valeurs de longueur de tige de blé, que nous avons comparé avec les mesures de longueur pour du blé planté uniquement dans du terreau.

Bien sur, pour l'instant nous n'avons effectué qu'un lot (soit 30 graines ce qui n'est pas suffisant pour poser un résultat, mais avant de lancer les prochains lots nous souhaitions avoir votre avis quant à des points à éventuellement modifier.)

Nous avons donc remarqué qu'en présence de compost, moins de graines germent, et la hauteur du blé est soit la même que pour les témoins, soit inférieure (le résultat est surprenant). Nous nous sommes dit que nous avions peut-être mis trop de compost. Pour les graines qui ne germent pas, cela est assez courant donc nous ne nous inquiétons pas pour le moment. Nous nous demandions alors si il est judicieux de faire pousser le blé directement dans le mélange avec compost, ou l'apport de compost doit être postérieur à une première phase de croissance? Lorsque vous utilisez le compost, le faite vous directement sur des graines ou seulement sur des plantes déjà développées?


En parallèle nous nourrissons les vers avec des fruits et légumes que nous essayons de varier. La semaine dernière nous leurs avons donné de la salade et des carottes, aujourd'hui ils ont droit à des bananes, 2 tomates par composteurs et de la salades. Nous apportons la même quantité de fruits légumes dans chacun, mais faisons varier le volume de carton. Nous mesurons régulièrement l'humidité du milieu avec un "flower power" (je ne sais pas si cela vous dit quelque chose, c'est un appareil connecté à notre smartphone qui nous donne l'humidité en %). Seulement l'humidité qui nous est indiquée ne dépasse jamais 65% même quand on vient d'apporter de l'eau au composteur. Nous avons alors plongé la sonde dans un verre d'eau, mais elle nous indique une humidité de 78% environ (et non 100%) . Ainsi lorsque vous nous parliez d'un taux "optimal" de 80-90% d'humidité, doit-on ramener ce taux à celui de l'eau? donc le taux que nous obtiendrons devra tourner autour de 66%?

Merci d'avance pour vos réponses,
Bonne soirée,
Léa Sauvaget.