Mauvaises odeurs, trop de déchets, excès d'humidité...

Modérateur: OcéaneO

Par narutobaka
#39281 Bonjour,

J'envisage d'acquérir un city worms.

J'avais une première question, quand au recyclage de "vieille" terre de culture.

En effet j'ai garder de la terre que j'ai utilisé pour mes cultures (sans ajout d'engrais ni rien d'autre d'ailleur). Et je voulais savoir si je pouvais l'enrichir dans le lombricomposteur pour m'en reservir plus tard?

qu'en pensez-vous? à quoi faut-il faire attention?

cordialement,
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#39282 Bonjour Narutobaka,

on ne met pas de terre dans un lombricomposteur . Comme dans un composteur de jardin ,c'est perdre de la place utile pour les déchets . La terre n'apportera rien au lombricomposteur et nos vers n'en mangent pas . Le mieux est de ne pas laisser la terre se dessécher dans les pots et au printemps , l'enrichir avec le lombricompost .
A+
Lombricolo63
Avatar de l’utilisateur
Par bce1970
#39308 Pour ma part, au moment de récolter le lombricompost, et malgré moult efforts pour qu'il en soit autrement, et notamment lorsqu'il a plu récemment sur mon lombricomposteur (pas de possibilité de l'abriter), mon lombricompost est souvent trop humide, un peu pâteux. Je mélange alors le terreau de vieilles jardinières avec (comme le plateau a bien diminué de volume y'a de la place), et je laisse encore dans le bac 2-3 semaines, en remuant régulièrement. Du coup, au moment de récolter, le compost est plus sec, plus "granuleux", plus facile à récolter. Et je note sur le sac de conservation qu'il s'agit déjà de lombricompost mélangé.
Par Jacver
#39316 Bonjour tous,

Le problème si l'on introduit de la terre déjà utilisée dans un LC, c'est que l'on risque d'y introduire en même temps des insectes ou des larves indésirables dans le LC.

En plus de l'information très juste de Lombricolo quant à l'occupation de la place des déchets.
Bonne continuation.

Au printemps, dans mes jardinières j'ai mis une belle quantité de compost, sans prendre le temps de trier les vers, et mi-octobre, en fin de période de production, j'ai apporté toute la terre en forêt, les vers pouvant ainsi commencer une nouvelle vie en pleine nature, avec plein de place pour s'enfoncer loin, à l'abri du froid.