Modérateur: OcéaneO

Avatar de l’utilisateur
Par plocploc
#10317 Sur une suggestion d'Angelle, je copie ici une apparté que j'avais fait dans un autre sujet, à propos du compostage des cartons et des éventuels problèmes posés par les substances plus ou moins toxiques que ceux-ci peuvent contenir :

Ceci m'amène cette réflexion : lorsqu'on achète des produits bios, on a un certain nombre de garanties quant à la composition du produit et la manière dont il a été produit. Mais on a aucune espèce d'assurance concernant l'emballage présent autour de ce même produit... Est-ce que ce n'est pas un tout petit peu incohérent ? Est-ce qu'il n'y aurait pas moyen de créer un label "emballage bio" (qui remplacerait ce fichu "point vert", dont je n'ai jamais réussi à savoir à quoi il servait, sinon à faire joli sur les emballages :roll: ), label qui garantirait que ledit emballage respecte un certain nombre de normes relatives au respect de l'environnement (par exemple, s'il s'agit d'un emballage carton, il garantirait que celui-ci peut être composté sans résidus toxiques) ?


Qu'en pensez-vous ?
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#10320 Bonjour Plocploc,

quand j'ai vu ton autre message où tu posais cette question ,je me suis mis en mode recherche et sur internet on trouve
des entreprises qui fabriquent ce genre d'emballage,d'ailleurs c'est très intéressant,elles ont une démarche qui, je pense, est très respectueuse de l'écologie.Ces entreprises sont des maillons de la chaine du recyclage.Leurs produits sont issus de la récupération du papier/carton qui après un processus se trouve moulé pour obtenir les forme souhaitées(je fais court ).Elles développent des produits
pour remplacer les calages en polystyrène qui, aujourd'hui, ne sont pas recyclables.
Pour ce qui est des colorants utilisés pour teinter leur produits finis je n'ai pas trouvé de détail alors j'ai envoyé un petit mail à une entreprise, dont je tairai le nom ici pour le moment, qui m'a parue sérieuse pour le leur demander .J'attends la réponse ...
A+
lombricolo63
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#10322 suite,

je suis allé voir aussi pour la colle utilisée dans la fabrication du carton ondulé.
la première colle,apparemment presque plus utilisée,est à base d'amidon de pommes de terre ou de céréales.
Celle utilisée aujourd'hui est à base d'amidon de maïs modifié( ogm?)auquel on peut ajouter des produits,ils ne disent pas lesquels, pour la résistance à l'humidité .Toujours d'après ce que j'ai lu ,les recherches s'orientent vers l'amidon de pois qui offrirait d'autres attraits techniques pour la fabrication.
Donc si on accepte le terme" amidon modifié"et que l'on utilise un carton basique d'emballage je ne vois pas vraiment de danger
pour nos amis en tout cas pas plus que les déchets de nos fruits et légumes du commerce qui subissent je ne sais quel traitement.

A+
lombricolo63
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#10334 Bonjour à tous,
suite de ma petite enquête sur les boites en cellulose moulée ,j'ai reçu la réponse de l'entreprise que j'ai contactée,vu
que le directeur général a pris la peine de me répondre je vais citer son nom et son entreprise et tant pis si c'est de la pub.
voici le mail de m.Bruno deluzet de l'entreprise Ecofeutre :

" Bonjour
Merci pour l’intérêt porté à notre activité.
Concernant les encres utilisées pour l’impression du papier, il est vrai que ces encres sont recyclés avec le papier dans la cellulose moulées et donc dans les boites à œufs.
Le risque concerne les métaux lourds qui pourraient être contenus dans les encres, mais depuis 30 ans le législateur à interdit en Europe l’utilisation d’encre d’imprimerie qui pourrait contenir des métaux lourds.
Les colorants utilisés pour teinter la cellulose sont sans aucun danger.
Par ailleurs, il faut savoir que la cellulose moulée recyclée utilisée pour les boites a œufs doit être compatible avec le contact alimentaire avec les produits secs (œuf, fruit et légumes…) et cette réglementation impose le contrôle de la cellulose avec la recherche d’une dizaine de contaminant potentiel. Toutes ces recherches doivent bien entendu être inférieures aux seuils de détection…
Bref très peu de risque pour les vers de terre."


voila, je pense qu'il y a pas de problème à donner les boites d'oeufs colorées ou non,d'ailleurs les miens en ont mangé quelques-unes et je n'ai rien constaté d'anormal.

A+
lombricolo63
Avatar de l’utilisateur
Par plocploc
#10362 Merci lombricolo 63 pour cette intéressante recherche ! :clap:

L'argument de ton correspondant
la cellulose moulée recyclée utilisée pour les boites a œufs doit être compatible avec le contact alimentaire avec les produits secs (œuf, fruit et légumes…) et cette réglementation impose le contrôle de la cellulose avec la recherche d’une dizaine de contaminant potentiel.Toutes ces recherches doivent bien entendu être inférieures aux seuils de détection…

me paraît assez convaincant, même s'il me semble me souvenir qu'un documentaire passé à la télé (Arte ?) il y a quelques mois disait que cette "compatibilité" légale n'empêchait pas un certain nombre de produits alimentaires d'être contaminés par les substances toxiques présentes dans les emballages qui les contenaient. Etaient cités entre autres —si je me souviens bien— des cas de contamination de produits type céréales / pâtes par leur contact direct avec le carton de leurs boites. Et dans ces cas, les substances contaminantes étaient précisément les encres d'imprimerie présentes dans ces cartons fabriqués à partir de matériaux recyclés... (Je n'ai plus en mémoire le nom du documentaire, il faudrait que je le recherche, mais je me souviens qu'il était assez alarmiste). Sans doute ces substances ne font-elles pas partie de celles qui sont recherchées lors des tests de compatibilité avec le contact alimentaire :? .

Sinon pour
lombricolo 63 a écrit:je suis allé voir aussi pour la colle utilisée dans la fabrication du carton ondulé.
la première colle,apparemment presque plus utilisée,est à base d'amidon de pommes de terre ou de céréales.
Celle utilisée aujourd'hui est à base d'amidon de maïs modifié( ogm?)auquel on peut ajouter des produits,ils ne disent pas lesquels, pour la résistance à l'humidité .Toujours d'après ce que j'ai lu ,les recherches s'orientent vers l'amidon de pois qui offrirait d'autres attraits techniques pour la fabrication.
Donc si on accepte le terme" amidon modifié"et que l'on utilise un carton basique d'emballage je ne vois pas vraiment de danger
pour nos amis en tout cas pas plus que les déchets de nos fruits et légumes du commerce qui subissent je ne sais quel traitement.

je suis d'accord avec ton analyse. L'amidon de maïs modifié, fut-il ogm (et il est bien possible qu'il le soit, car les règlementations pour le non-alimentaire sont beaucoup plus souples que pour l'alimentaire) ne me semble pas poser de problème (je veux dire : relativement au lombricompostage). Il s'agit en effet de produits qui sont dégradés au cours du compostage, et qui ne risquent donc pas de s'accumuler dans les sols par un épendage régulier du compost. Je n'oserais pas en dire autant des produits chimiques présents en grande quantité sur les fruits et légumes non-bios que nous achetons... fruits et légumes que nous pelons consciencieusement pour éviter de trop nous intoxiquer, refilant les épluchures bourrées de cochoneries aux vers :roll: . Or rien n'indique que ces substances sont dégradées par le lombricopostage (ainsi, on retrouve encore dans les sols et les nappes phréatiques des produits phytosanitaires interdits depuis plus de trente ans : ils ne se sont pas dégradés).

Conclusion provisiore : je crois qu'on peut continuer à mettre des papiers et cartons sans trop d'états d'âme. Pour en revenir à ce que je disais ailleurs, tant que le lombricompostage reste marginal, ça ne devrait pas poser trop de problèmes (en tous cas, pas plus que de mettre des épluchures de légumes tartinés de pesticides... :x ). Mais si un jour le lombricompostage devenait pratique courante, alors il faudrait sérieusement se pencher sur la question (i.e. faire des vraies analyses chimiques pour savoir ce qu'il y a au juste dans nos composts, et à quels taux)...
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#10365 Bonjour Plocploc,

à partir du moment ou il y a contact il y a échange de quelques molécules de l'un à l'autre(d'où la police scientifique qui trouve des preuves là où on ne les voit pas)après il y a un taux de toxicité et de tolérance .Les encres sont présentes,en contact avec l'alimentaire donc on en mange mais on en mange aussi quand on lèche son doigt pour tourner les pages de son magasine préféré de là à supprimer la lecture...
pour les pesticides de nos épluchures,comment les éliminer? on lave les fruits et légumes?on les retrouve dans l'eau.On épluche et on lombricomposte? on les retrouve dans le compost.Il ne doit y avoir qu'une solution: ne plus en utiliser mais les intérêts de certains seraient "dérangés".
A+
lombricolo63
Avatar de l’utilisateur
Par plocploc
#10367 Bon, j'ai retrouvé les références du doc dont je parlais, c'est "L'emballage qui tue", passé sur Arte en Juillet 2010 :
Première partie,
Deuxième partie.
La question des encres présentes dans les cartons recyclés est abordée dans la seconde partie.

lombricolo 63 a écrit:à partir du moment ou il y a contact il y a échange de quelques molécules de l'un à l'autre (...) après il y a un taux de toxicité et de tolérance.Les encres sont présentes,en contact avec l'alimentaire donc on en mange mais on en mange aussi quand on lèche son doigt pour tourner les pages de son magasine préféré de là à supprimer la lecture...

Oui, mais le problème que je soulève ici n'est pas le fait qu'on en mange au quotidien (même si ça m'inquiète aussi), c'est le fait que si ces substances ne sont pas détruites lors de la décomposition des papiers / cartons, alors le procédé même du lombricopostage à pour résultat de les concentrer (de la même façon qu'il a pour résultat de concentrer les substances nutritives pour les plantes : c'est le principe du compost). Et alors, même si le taux de substances toxiques contenu dans les cartons peut sembler tolérable (ce qui reste à discuter, mais ce n'est pas le sujet ici), ce n'est pas pour autant qu'il le sera encore dans le compost obtenu à partir de ces cartons...
Si ensuite on se contente de rempoter les jardinières de son balcon avec le compost en question, ce n'est pas trop grave : au pire, nos plantes en souffriront, ce n'est pas la fin du monde. Mais si on se met à rebalancer de façon régulière et massive un tel compost dans la nature, alors là, à long terme, il y a un réel problème de contamination des sols.

D'après le doc auquel je renvoie (et que je viens de re-visionner), les substances problématiques issues des encres d'imprimerie et contenues dans les cartons recyclés sont principalement des huiles minérales, et en second lieu des phtalates. Je ne suis pas (du tout) chimiste, mais j'ai quand même de sérieux doutes sur la biodégradabilité des huiles minérales (pour les phtalates, je n'en ai aucune idée). Il y a donc, à mon avis, un risque de concentration de ces substances dans les composts.

lombricolo 63 a écrit:pour les pesticides de nos épluchures,comment les éliminer?

Ben... à part essayer au maximum et dans la mesure de nos moyens d'acheter bio, je vois pas trop... Perso, si ça "dérange" un peu les intérêts de Monsanto et consorts, je vais pas pleurer :mrgreen:...

Et pour le problème des emballages pas bios, même chose : se renseigner au mieux, alerter, essayer de susciter des alternatives (d'où mon idée de label "emballage bio"), et ensuite au moment de choisir ce qu'on achète, essayer de faire au mieux...
Avatar de l’utilisateur
Par lombricolo 63
#10375 bonjour,
je viens de regarder ce reportage et j'avoue que c'est flippant mais que faire.Il y a des milliers de produits dont on ignore les effets sur l'homme,il y en a partout les fruits, les légumes ,la viande, le poisson,l'eau .Franchement ,je ne crois pas que l'on aggrave les choses en lombricompostant,je pense qu'il est plus grave de brûler toute cette matière en produisant des fumées ,des mâchefers et des cendres qui sont sûrement aussi toxiques.
Pour ma part,je vais continuer à essayer de manger sain, de me chauffer bois et solaire,de trier et valoriser le maximum de déchets
...de penser que je suis sur le bon chemin .
A+
lombricolo63
Avatar de l’utilisateur
Par plocploc
#11001 Bon alors j'ai fait quelques petites recherches...

Pour ce qui est de la question que je me posais, à savoir si les produits toxiques présents dans les cartons étaient ou non biodégradables, il semblerait que :
. les phtalates ont —cela varie selon les sources — une biodégradabilité entre très bonne et assez bonne, du moins dans les conditions du lombricoposatge (dégradation aérobie). Par conséquent, si le lombricompostage est bien mené, lorsque le compost est tout à fait mûr les phalates devraient avoir très largement disparu (sources, entre autres : et wikipédia).
. Les choses sont moins claires en ce qui concerne les huiles minérales. Il semblerait que certaines soient plus ou moins biodégradables, mais pas toutes. Je n'ai pas réussi à trouver ce qui était quoi, et comme de toutes façons on ne sait pas ce qu'il y a dans les cartons...

Plus intéressant, j'ai trouvé que mon idée de label "lombricompostable" n'était pas nouvelle. J'ai récement acheté des citrons bios (au M*nop' du coin, si je me souviens bien), emballés dans une coupelle en carton moulé comportant un label "ok compost home". Ce label d'origine belge, garantit entre autres choses que l'embalage considéré satisfait à la norme européenne EN 13432 qui définit et encadre les caractéristiques des emballages "valorisables par compostage et biodégradation". Mieux encore, ce label garantit que l'embalage en question produit un compost de qualité dans les conditions du compostage à domicile. Il n'est malheuseurement pas précisé sur leur site s'il s'agit du compostage à domicile traditionnel (avec élévation de température) ou du lombricompostage (sans). Ca vaudrait peut-être le coup de prendre contact avec eux pour leur demander (je verrai si j'ai le temps)... Il semble aussi qu'un label français "compostable" soit en voie d'élaboration, mais il n'y a rien de concret pour l'instant (comme d'hab', nous autres français sommes tellement convaincus qu'on est les meilleurs du monde, qu'on est infoutus de bouger notre c*l, si bien qu'au final on est à la traîne sur tous les sujets de société :evil: ...bref.)

En tous cas ça m'a fait bien plaisir :D , et il est clair que désormais entre un produit portant ce label et un autre ne l'ayant pas, je sais lequel je privilégierai . Ce qui est un peu idiot c'est que le label n'était pas visible de l'extérieur du produit (à l'achat, donc) : je ne l'ai découvert qu'en prenant le dernier citron dans la coupelle...
Avatar de l’utilisateur
Par Angelle
#11032 Merci pour ces infos intéressantes :D
Par contre c'est clair que c'est ballot que le label ne soit pas visible à l'extérieur
Avatar de l’utilisateur
Par Kir
#11036 Bonjour,

Je voudrais quand-même rappeler quelque chose qui me semble souvent oublié : le bio, c'est à la nourriture ce que le recyclage est aux poubelles -> le bio c'est bien, mais c'est vraiment le minimum du minimum.

Si manger bio obtient peu à peu du succès, c'est parce que manger bio revient avant tout à sauver sa propre peau. Il est évident que les techniques sans pesticides sont un répit pour l'environnement, mais ce label est loin d'être un vrai label d'agriculture verte : on continue à importer de partout, à produire industriellement, à exploiter les pays pauvres pour nourrir les pays riches, ... bref, le bio, ça passe pour la dernière action de Mère Teresa, mais c'est loin d'être rationnel. Alors en ce qui concerne les emballages, ça ne m'étonne pas du tout.

Les producteurs qui se soucient de l'environnement (et non pas uniquement de leur propre cancer) s'orientent vers deux dimensions essentielles et oubliées : l'agriculture locale (et donc "de saison"); et les techniques variées tenant compte de la nécessité de maintenir une fertilité des sols (telles que la biodynamie). En ce qui concerne la fertilité, les membres de ce forum sont plus enclins à comprendre que la population en général : les sols stériles sont désertés par tous les microorganismes qui y vivent, dont bien sûr les vers de terre. Ces micro-organismes sont littéralement oubliés par la culture industrielle, remplacés par tous les engrais chimiques et autres horreurs que personne n'a envie d'absorber.

Si vous êtes des consommateurs vous souciant de l'environnement, vous souciant d'une rationalité dans la consommation, c'est pas du bio qu'il faut manger, c'est du bio local et de saison, issu de plus petites cultures (et donc forcément... ça se trouve pas en supermarché, il faut un peu se bouger le derrière -> AMAP par exemple).

Voilà...
Loin de moi de dire que le bio est inutile, mais on en fait souvent un emblème, alors qu'il s'agit de normes minimales, insuffisantes, et toujours davantage au service des commerciaux qu'à celui de la population et de l'environnement.
Sur ce, un bon lundi !
Par The Thing
#14033 Je poste peu souvent excusez moi, mais je viens souvent vous rejoindre pour trouver les réponses à mes questions :D
Aujourd'hui je voudrais juste vous dire que mes vers, j'ai 5 plateaux, mangent et transforment depuis 2 années tous les cartons d'emballage des yaourts que j'achète, des oeufs, des colis que je reçoit enfin tous les cartons et le papier qui emballent nos produits, et je vous prie de croire que je n'ai pas de problème avec mes vers, ils sont légions et m'ont l'air en bonne santé...... :flower:
ParEricF
#15526 Bonjour,

yves30 a écrit:Mes vers ingurgitent depuis quelques années des produits d'emballages en tout genre et je rejoins the thing , ils ont l'air en parfaite santé!

Des emballages Deltapack ? :)